Comédienne et percussionniste, elle marche sur ces 2 chemins qui se croisent parfois. Au théâtre, elle travaille « en salle » ou « en rue » dans de nombreuses compagnies… Elle collabore aux créations et aux enseignements de compagnies de percussions.

Des ateliers clown, au temps du lycée, au travail de la voix pour doublage et synchronisation ou du chant lyrique au conservatoire, la formation de Sarah Mahé  passe par des écoles de théâtre, gestuel et  de textes, dont Le Samovar, le Théâtre du Frêne… ou le travail avec des comédiens (Pierre-Georges Molina…) Sans oublier la permanence de la musique avec des compagnies dont principalement la compagnie Ensbatucada (Pantin). Elle vit à Malakoff.

Le théâtre

C’est essentiellement  au sein de compagnies que Sarah Mahé développe son travail théâtral tant dans la création de spectacles que dans l’interprétation.

Elle commence avec  La compagnie Lézards hurlants dans « La minutie du chaos », spectacle récompensé par le prix du jury public dans le cadre du festival international du théâtre étudiant , au théâtre des Amandiers de Nanterre.

Elle poursuivra avec cette compagnie avec une nouvelle création « L’horlogerie du hasard » (2000).

Sa route rencontre plusieurs autres compagnies comme KMK (comédiens et plasticiens constructeurs), La dernière minute ou Du zieux dans les bleus pour la création de «  Les européens » de Howard Barker mis en scène de Nathalie Garraud.

Le jeune public a le plaisir de découvrir Sarah à la fois comédienne, percussionniste et chanteuse dans plusieurs spectacles dont « Perles » avec la compagnie En Avant-Scène, Cie l’Echafaudage-Théâtre en chantier avec  « Le Petit Chaperon Rock » (2010)  ou dans « Petites illuminations » avec le comédien Claude Moreau (2006).

Sa rencontre avec la compagnie Babylone en 2009 lui permet de continuer cet engagement dans la création collective avec de nombreuses tournées pour  les spectacles de « ça tourne pas rond », « Un tour de manège » en 2012 ou depuis 2013, « L’homme qui rit » à partir  du texte de V Hugo.

Le cinéma

En 2008, c ’est pour le court métrage « le petit Noé » d’Arnaud Gautier (YSE production – Diffusion France 3) que Sarah  Mahé fait sa première  rencontre avec le 7ème art.  Elle renouvelle l’expérience dans un autre court métrage « Songe » d’Etienne Barrier, lauréat du concours « Proverbe » en 2012.

Les percussions

En 1999 commence  sa collaboration avec   Cie Ensbatucada, compagnie avec laquelle elle participe à plusieurs spectacles (O’Brigad, S’Uper Héros, K’Barré) et anime des ateliers percussions depuis 2010.

Depuis 2004, elle développe des influences diverses (funk, Hip-Hop, Electronic…)  avec la compagnie Trackers  et participe également à des spectacles de sonorisation du mobilier urbain avec la Cie Décor sonore de Michel Risse dans « Instrument-Monument » (2004-2006) ou encore dans « les poseurs de voix » avec la Cie La Constellation.